Sélectionner une page

Marie Bégué

UX/UI Designer trilingue (franco/allemand/anglais)

Développeuse front-end et UX designeuse depuis deux ans, je suis passée d’un univers de formation à l’autre, des sciences sociales (Sciences Po Grenoble) aux sciences dures (AgroParisTech), puis au digital (Le Wagon), pour créer des liens entre ces disciplines.

À l’écoute pour accompagner vos projets personnels ou professionnels, ou pour rejoindre votre équipe !

Sobriété numérique: quels enjeux ?

Le numérique et de manière générale, internet, peuvent être utilisés comme une solution aux enjeux climatiques. Par exemple via l’utilisation de réseaux intelligents qui permettent la gestion des énergies renouvelables, souvent intermittentes et réparties en petites unités indépendantes sur un vaste territoire.

Mais il est aussi important de garder à l’esprit que le numérique est loin d’être immatériel. Toutes les plateformes s’appuient bien sur des supports physiques et ont eux aussi leur impact sur l’environnement. La fabrication, mais aussi l’hébergement ou encore les déchets électronique ont des impacts loin d’être négligeables sur l’environnement.

Selon le rapport de du Shift Project, la consommation énergétique du numérique dans le monde augmente d’environ 9 % par an sur la période 2015 à 2020, ce qui correspond à un doublement en huit ans ; elle est responsable fin 2018 de 3,7 % des gaz à effet de serre émis.

 

Mon approche

Ayant eu un parcours centré sur l’écologie, je favorise une approche d’écoconception web dans mes projets. Je propose donc de vous accompagner sur la conception de maquettes et sur le front-end de vos sites web/mobiles, ou sur votre site WordPress, en veillant, si vous le souhaitez, à minimiser leur empreinte écologique.

Je propose donc, à travers ma démarche d’écoconception de répondre à une partie de ce problème en adoptant des mesures visant à réduire l’impact énergétique de nos plateformes numériques. Celles ci passent principalement par :

  • La sobriété des interfaces, de leur contenu, ainsi que des fonctionnalités
  • Privilégier des pages web statiques
  • L’hébergement des serveurs chez des fournisseurs engagés dans la préservation de l’environnement (Infomaniak,Aiso…)

Dans ma démarche, je m’appuie principalement sur les recommandations de l’ouvrage “Écoconception Web, les 115 bonnes pratiques” de Frédéric Bordage.